Récit de vie : la rencontre de Jacques et Marie-Lucie

// La rencontre de Marie-Lucie et Jacques entre 1956 et 1957 dans la région lilloise //

"Il faut savoir dire non"

 

Chapitre 1 - En quête d'un chœur

 

Au volant de sa 4CV verte, immatriculée 858 BW 44, Jacques enchaîne les rendez-vous pour son nouveau poste de technico-commercial dans sa région natale. Après ces derniers mois et une série d'engagements loin de chez lui, c'est un vent de liberté qui entre par la fenêtre de sa voiture de fonction.

 

En effet, Jacques revient d'un service militaire, d'un rappel de 3 mois dans le rif marocain et d'une spécialisation dans la Nutrition Animale à l’Agro-Paris. Dans le rétroviseur, la barbiche qui orne son visage lui évoque le confort précaire de son passage au Maghreb et la surprise de ses parents lorsqu'à son retour il se présenta à eux accompagné de ce cache-menton. Il ne le sait pas encore, mais 60 ans plus tard, cette signature caractéristique sur le bas de son visage ne l'aura pas quitté un seul jour. 

 

Fraîchement embauché, installé au 3eme étage de la maison familiale de Fives dans sa chambre « de bonne sans bonne » - comme il aime à l'appeler - la vie lui offre le temps de vaquer à de  nouvelles activités.

 

C'est ainsi que Jacques, 5ème dans la lignée de 10 frères et sœurs, se met en quête d'un chœur. C'est à Lille, à la chorale des « JMF » (Jeunesses Musicales de France) qu'il fait ses premières gammes et de nouvelles amitiés. Il y fait la connaissance de sympathiques choristes et n'hésite pas à rallonger la distance pour suivre une de ses amies, Marie-Lucie, vers la chorale ACJ de Tourcoing (A Cœur Joie) où elle est inscrite.

 

Chapitre 2 - Bonne fée et responsabilité

 

Il fait nuit lorsque Marie-Lucie rentre à pied de la chorale. Le foyer parental n'est pas la porte à côté et pour raccourcir le trajet du retour, elle n'hésite pas à longer le canal. Le chemin  n'est pas sans risque pour une jeune femme seule en pleine nuit. Mais dans la vie Marie-Lucie va de l'avant, aucune raison qu'il en soit autrement pour le choix des chemins à emprunter.  A chacun de ses retours nocturnes, alors qu'elle est âgée de 25 ans, ses parents ne peuvent s'empêcher de se sentir soulagés.

 

Marie-Lucie s'est forgée au sein de sa famille et de sa place d’aînée, un sens des responsabilités et une maturité. En effet, depuis longtemps elle aide sa mère dans les activités du quotidien et prend soin des 5 autres enfants de ce foyer uni.

 

Dans la vie Marie-Lucie est entourée. A sa famille, s'ajoutent des amis et sa bonne fée. Il s'agit de sa tante maternelle, religieuse dans la communauté des sœurs de l'enfant Jésus et sous-directrice d'une école. C'est elle qui lui ouvrira la porte des études supérieures. L'accord est passé et le rythme trouvé. Marie-Lucie aide à la maison le jeudi, étudie le lundi et le mercredi et se forme à un métier le mardi.

 

Sérieuse au travail, présente pour sa famille, assidue auprès du tailleur qui la forme désormais à la couture, Marie-Lucie s’épanouit aussi lors de ses activités artistiques.

 

 

Chapitre 3 - La flûte enchantée

 

Les soirées chorales s’enchaînent, les voix s’accordent et l'amitié prend. L'ambiance est joyeuse parmi le nouveau cercle d'amis où l'on compte un peu plus de femmes que d'hommes. Les voix féminines chuchotantes laissent échapper le prénom de celui qu'elles convoitent : Jacques. Ce choix de prétendantes n'est pas pour déplaire à cet homme prévenant et poli. Mais rien ne presse, on ne tiendra pas rigueur à l'amour vrai de prendre le temps d'arriver.

 

Les mois s'écoulent, les affinités se tissent et l'apprentissage artistique se poursuit. Marie-Lucie s'est forgée plusieurs arts à son arc. De fil en aiguille, elle partage ses passions avec ce nouvel entourage. Arrive le temps de l'initiation aux danses folkloriques, puis, pour un privilégié, la découverte de la musique.

 

La flèche de Cupidon prend parfois une forme inattendue et la voici transformée en flûte ! Marie-Lucie en joue dans un quatuor composé de 3 flûtistes et d'un violoncelliste. Aguerrie à cet instrument, elle devient le professeur particulier de notre homme tant convoité. Au 3eme étage de la maison familiale de Fives, les progrès de Jacques naissent, peut-être moins vite que ses sentiments.   

 

Chapitre 4 - La réponse est non

 

Cupidon et sa flûte ont bien visé, Jacques en est plutôt déboussolé, Marie-Lucie l'a séduit. Lui qui la veut femme de sa vie, doit pour l'instant s’accommoder de ses insomnies. En effet, depuis quelques nuits, Jacques cherche ses mots.

 

Sur la plage d'Ambleteuse, leur complicité ne laisse que peu de places aux doutes. Jacques marche sur les mains pour l'amuser, elle se délecte des attentions de ce joyeux compagnon. Reste pour notre homme à s'assurer de la réciprocité des sentiments et des projets.

 

Alors le jour où il se sentit prêt, il tourna sa langue dans sa bouche avant de lui dire ceci : 

« Est-ce que je me trompe lorsque je pense que les sentiments que j'éprouve à votre égard pourraient être réciproques ? ». 

 

Marie-Lucie, sans s'être impatientée mais heureuse de voir ce jour arriver, lui répond à la question par un NON. Et c'est bien là ce qu'il attendait. Les amoureux, tout deux âgés de 26 ans, mettront quelques semaines à laisser derrière eux le vouvoiement des gens bien élevés.

 

Depuis elle prit le pli et 60 ans plus tard, elle s'amuse à lui répondre à chacune de ses questions par une facétieuse négative, en souvenir de ce 8 septembre 1957, date que ces joueurs de mots appelèrent « La date de leurs accordailles ».

 

 

* * *

Écrire commentaire

Commentaires: 0